accueil / Nos publications / Livres

Sélection de livres parus

Retrouvez ici une sélection des meilleurs livres édités sur le mouvement coopératif.

Sortie du livre « Coopératives agricoles : identité, gouvernance et stratégies » - 27/09/2013

Publié avec le soutien de Coop de France et de la fondation du Crédit coopératif, pour la première fois un ouvrage académique rédigé par des auteurs experts dans leur domaine, dans une approche pluridisciplinaire, aborde l’ensemble des aspects de la vie économique, financière, juridique, sociale des coopératives agricoles.

Cet ouvrage analyse et met en valeur les spécificités des coopératives agricoles, leur gouvernance, leurs modèles de développement les enjeux qui les attendent et une comparaison internationale. Il vient combler une lacune puisque paradoxalement aucun ouvrage de ce type n’avait été réalisé.

Les auteurs sont :

  • Chantal Chomel (Coop de France),
  • Francis Declerck (ESSEC),
  • Maryline Filippi (Agro Bordeaux),
  • René Mauget (ESSEC)
  • et Olivier Frey (Université de Sherbrooke).

 

 

Disponible auprès des  Editions Larcier
au prix de 35 € TTC. (+ frais de port)
(491 pages)


 

 

 

Les défis du capitalisme coopératif - 25/09/2010

Ce que les paysans nous apprennent de l’économie

Auteurs :
Georges Lewi et Pascal Perri
Préface : Philippe Mangin, Président de Coop de France

224 pages / 19€
Paru le 25 septembre 2009
aux Editions Pearson (Economie)
(Cliquer ici pour commander le livre)

En bref :
Les auteurs Georges Lewi et Pascal Perri, deux experts en marketing et en économie invitent à une redécouverte du secteur coopératif en cette période de capitalisme financier non maîtrisé, de dérégulation et de perte de bon sens.

Préfacé par Philippe Mangin, Président de Coop de France, cet ouvrage, destiné à un public de décideurs économiques, d’observateurs et de politiques, met en perspective l’histoire et la réalité du mouvement coopératif et parvient à expliquer avec des mots simples ce modèle tout en pointant les défis qui l’attendent.

Le modèle coopératif : la solution aux excès d’une économie libérale ?
« Quand un modèle économique couvre 40 % d’une activité aussi essentielle que nourrir les hommes, c’est qu’il en est devenu le symbole, comme le capitalisme est devenu le paradigme de l’économie mondiale. » Philippe Mangin, Président de Coop de France.

Voilà pourquoi, les auteurs osent parler de « capitalisme coopératif », véritable « contre-sens » sémantique dont la force expressive et…la réussite du modèle économique devraient amener à faire réfléchir nombre d’acteurs de l’économie néo-libérale.

S’opposant au « capitalisme sauvage », aux « zappings » des investisseurs et aux délocalisations, la coopération, et particulièrement la coopération agricole, inscrivent leur action dans une perspective territoriale, démocratique, responsable et financièrement très exigeante.
Caractérisée par une identité forte, elle s’attache à fixer les entreprises, défendre les territoires et les produits et à soutenir le développement économique local. Reposant sur la volonté de se regrouper pour être plus forts, la coopération (re)place l’Homme au coeur de l’économie. Quand les entreprises se réjouissent de la mort de leurs concurrents, le modèle coopératif fait tout pour leur venir en aide et cela change tout ! L’actualité en donne un exemple pertinent dans la filière lait. Le producteur coopérateur, associé de la coopérative connait bien les deux « bouts » de la chaine, la production et l’économie et ses contraintes de vente et de transformation.

Face à une économie mondialisée et hyperconcurrentielle, les coopératives agricoles prennent des décisions stratégiques plus en accord avec les besoins fondamentaux de l’organisation et de ses métiers. Dans le contexte actuel de crise qui touche tous les secteurs, et, à l’inverse d’un système libéral financier où « sur-profitabilité » et retour sur investissements à tout prix sont les maîtres mots, ce modèle prend tout son sens et se révèle être un excellent vecteur de questionnement de notre modèle économique.


Les coopératives : ces entreprises trop discrètes qui ont façonné le visage de l’agriculture française
Doublement héritier du christianisme social et du socialisme, le mouvement coopératif, fondé sur le volontariat, la mise en commun du capital et un exercice démocratique du pouvoir (un homme, une voix), privilégie les valeurs de solidarité, de responsabilité mutuelle et d’éducation. Discret, puissant et méconnu, le monde coopératif agricole français rassemble les ¾ des agriculteurs français, pèse 80 milliards d’euros, emploie 150 000 salariés et développe des marques aussi connues que Candia, Béghin Say, Douce France, Prince de Bretagne, Savéol, Loïc Raison, Nicolas Feuillatte…

Comment comprendre ce succès ? Quelles leçons en tirer pour le monde actuel ? Telles sont les questions auxquelles répondent Georges Lewi et Pascal Perri par cette enquête historique et économique, qui montre que le modèle coopératif offre une véritable alternative au capitalisme d’aujourd’hui. Ces paysans sont-ils donc des « Don quichotte » comme le suggérerait la couverture de l’ouvrage ou des précurseurs réalistes d’un modèle économique pertinent.

Dans Les défis du capitalisme coopératif, un ouvrage accessible et bien documenté les auteurs, observateurs rigoureux et passionnés relèvent, par ailleurs les dix défis auxquels se trouve confronté le monde coopératif agricole à commencer par sortir de cette discrétion intrinsèque pour démonter l’efficacité de sa gouvernance originale.

haut de page