accueil / Coop de France / Expertises et conseils / Coop de France Agroalimentaire

Coop de France AgroAlimentaire

Les coopératives, acteur incontournable des enjeux agricoles et alimentaires

A l’interface des producteurs et des consommateurs, les entreprises coopératives représentent 40% de l’agroalimentaire français. Dans ce contexte, la Direction « Chaine Alimentaire Durable » a été mise en place  afin de garantir une approche filière des enjeux impactant pour les coopératives : de l’assiette du consommateur, à la production agricole, en passant par la transformation, tel est le cap de notre action.

En octobre 2014, Coop de France Agroalimentaire a été lancée lors du Sial, en présence de Manuel Valls, premier Ministre.

L’équipe de la direction a plusieurs missions complémentaires sur l’ensemble de ces sujets :

  • défendre et représenter les intérêts de la profession dans de nombreuses instances et initiatives des pouvoirs publics,
  • recenser les bonnes pratiques des coopératives pour les valoriser,
  • rédiger et diffuser des argumentaires, positions sectorielles et outils collectifs (guides, mémos, publications...),
  • organiser des journées d’information et échanges avec les parties prenantes ( pouvoirs publics, partenaires économiques...)

La commission « chaîne alimentaire durable » est l’instance qui s'appuie sur les travaux de 6 groupes d'experts, pour mener des réflexions stratégiques et définir des plans d’actions.

 

Environnement

Les coopératives, engagées naturellement dans une démarche respectueuse de l’environnement.

En raison de leur lien privilégié avec les agriculteurs, leur activité de transformation et leur intégration au sein d’un territoire, les coopératives agricoles et agroalimentaires contribuent à la préservation de l’environnement (prévention des pollutions, utilisation durable des ressources, biodiversité, adaptation au changement climatique, etc…).
Ce rôle stratégique se concrétise par la création de projets, filières de recyclage, diffusion et accompagnement de pratiques vertueuses auprès des exploitations agricoles.

 

Energie

Réduire la dépendance des filières agricoles à l’énergie dont le coût ne cesse de croître, mais aussi le bilan des émissions de gaz à effet de serre, contribuer de manière significative au mix énergétique français par la production d’énergies renouvelables, et plus généralement à la bioéconomie par les nouvelles valorisations non alimentaires de la biomasse (biomatériaux, chimie du végétal)…
COOP de France, en s’appuyant sur la dynamique de son Comité Energie, souhaite aider les coopératives à : gagner en compétitivité tout en préservant l'environnement ; à développer la création de valeur à travers les filières non alimentaires ; à faire valoir leurs positions et démarches auprès des parties prenantes.

 

Qualité – Nutrition – Information du consommateur

Les coopératives, réponse adaptée aux attentes du consommateur

 Les coopératives, fortement engagées dans les démarches d’amélioration continue, doivent faire face à de nombreuses attentes sociétales portant sur la qualité des produits et les modes de production (sanitaire, nutritionnelle, proximité, bien-être animal, environnementale, gustative…).
Cette réassurance des consommateurs nécessite donc une identification des bonnes pratiques et leur valorisation dans un contexte où l’environnement législatif est en inflation constante.

Les objectifs de nos travaux :

  • Accroitre la compétitivité des coopératives agro-alimentaires grâce aux démarches de qualité (segmentation, différenciation, amélioration continue…)
  • Positionner les coopératives comme des acteurs incontournables de la qualité (produit et process de production)
  • Anticiper et influencer les orientations des politiques publiques en matière de qualité, nutrition, information du consommateur (réglementation, incitation, …)
  • Accompagner les coopératives dans des démarches de progrès
  • Valoriser les démarches mises en place par les coopératives et leurs adhérents

 

Distribution

Les coopératives confrontées aux tensions commerciales tout en étant à l’origine de modèles de distribution innovants.

Les relations commerciales en déséquilibre structurel, sont très tendues en raison de pratiques d’achats dogmatiques des clients de la distribution et de la restauration hors domicile. Le cadre juridique des négociations commerciales ne cesse d’évoluer et pourtant, les lois successives n’arrivent pas à endiguer l’approche destructrice de valeur qui se développe depuis 5 ans.
Coop de France souhaite un cadre clair et effectif garant de négociations équilibrées et loyales.
 
Parallèlement, de nouveaux circuits de distribution et d’écoulement des produits se développent avec leurs spécificités, leurs contraintes et leurs opportunités.
Les coopératives peuvent en tirer profit et trouver ainsi de nouveaux débouchés commerciaux. De même, l’aide alimentaire auprès des populations démunies ainsi que la lutte contre le gaspillage constituent des enjeux importants pour les coopératives. Coop de France a pour ambition de donner aux coopératives une vision complète de chaque débouché émergent  afin de leur permettre d’envisager un développement à travers ces circuits.
L’identification et l’orientation du cadre législatif, l’analyse des menaces et opportunités de chaque circuit de distribution, des acteurs influents et de leurs attentes, constituent des champs d’actions prioritaires de Coop de France.

Ce travail, réalisé par le comité «Relations commerciales et circuits de distribution » de Coop de France, portera notamment sur les sujets suivants :

  • Les relations commerciales
  • Les circuits courts et/ou de proximité
  • Internet, les Smartphones et les NTIC
  • L’export
  • Le don alimentaire
  • Le gaspillage alimentaire
  • Relations commerciales

 

Filières Biologiques

Les coopératives, véritables moteurs du développement des filières biologiques.

L’Agriculture Biologique est basée sur les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, des normes élevées en matière de bien-être animal et des méthodes de transformation basées sur des substances et procédés naturels. 


Avec près de 550 coopératives, unions et filiales, impliquées dans l’ensemble des productions biologiques, la coopération constitue aujourd’hui un des moteurs du développement du secteur en France et un partenaire majeur des producteurs convertis.
Coop de France et son réseau se sont organisés pour accompagner l’engagement croissant de la coopération dans l’AB et répondre aux problématiques économiques, techniques et règlementaires propres à chaque filière.

Pour en savoir plus

haut de page